.

SANTE

Se baigner en toute sécurité 4/4

morsures, piqures : se baigner en toute sécurité

Attention aux animaux venimeux. Les risques d'envenimements concernent surtout la baignade en mer. Le plus souvent, l'envenimation intervient suite à une piqûre (vives, rascasses et raies) mais elle peut également intervenir suite à une morsure (murènes) ou par simple contact avec des espèces urticantes comme les méduses.


Envenimations par piqûre.

Les vives sont les poissons responsables de la majorité des envenimations en France métropolitaine ! Très souvent présente dans les eaux côtières de la métropole, la vive passe la majeure partie de son temps enfouie dans le sable à faible profondeur, ne laissant dépasser que les épines venimeuses de sa nageoire dorsale. Les côtes françaises abritent deux espèces de vives, (la grande vive et la petite vive).

La rascasse, autrement appelée poisson scorpion sous les tropiques, se rencontre le plus souvent sur le sable ou près des rochers, même à faible profondeur. Elle possède des épines sur la tête et les nageoires. Les spécimens les plus dangereux fréquentent les eaux tropicales de l'océan Indo-pacifique, notamment les récifs coralliens. La blessure du poisson-pierre qui peuple principalement les eaux chaudes de l'Indo-Pacifique et qui est présent à la Réunion peut notamment peut être mortelle !

Enfin, certaines raies possèdent un aiguillon venimeux à la base de la queue. Ces poissons vivent habituellement sur les fonds sableux. Les raies pastenagues sont les responsables majeurs des envenimations, notamment dans la mer des Caraïbes.

Le baigneur se blesse généralement en marchant ou en posant la main accidentellement sur ces poissons.
Le tableau clinique causé par la piqûre est commun à tous ces poissons : douleur souvent très violente et gonflement de l'extrémité blessée qui peut prendre un aspect livide ou violacé et légèrement saigner. Des malaises plus importants peuvent survenir avec une angoisse, des frissons, des troubles respiratoires et digestifs et même des cauchemars si la piqûre n'est pas soignée. La conduite à tenir consiste à approcher le plus près du point de piqûre et le plus rapidement possible une source de chaleur pour détruire le venin. Il faut ensuite désinfecter la plaie. Si la douleur persiste, consultez un médecin car il peut être nécessaire de retirer un fragment d'épine.

Les cône peuvent également être la source de piqûres. Considérés comme les plus beaux coquillages du monde par les collectionneurs, les cônes peuvent être la cause d'envenimations parfois mortelles, toujours redoutables. Si tous ne sont pas dangereux pour l'homme, de nombreux cônes sont venimeux. On rencontre surtout les cônes dans les eaux peu profondes des récifs coralliens de l'indo-pacifique mais ce coquillage fréquente aussi les régions tropicales de l'océan atlantique. Plusieurs accidents ont été signalés en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et à l'île de la Réunion. L'accident survient lorsque le coquillage vivant est ramassé. La douleur est immédiate et très vive et s'accompagne d'un gonflement important, d'une paralysie locale et de sensations d'étourdissement. A ces signes s'ajoutent des troubles de la vue, de l'élocution et de la sensibilité. La mort par paralysie cardio-respiratoire n'est pas rare et peut survenir une heure après la piqûre. Comme pour les cas d'envenimation par les serpents marins, la conduite à tenir consiste à désinfecter, comprimer modérément le membre atteint puis évacuer d'urgence à l'hôpital.

Les piqûres d'oursins des côtes françaises ne sont pas venimeuses mais les piquants peuvent pénétrer et se casser dans la peau et provoquer des douleurs très fortes. Il faut alors désinfecter la plaie et retirer les débris d'épines, délicatement, à l'aide d'un ruban adhésif épais par exemple. Faites appel à un médecin si nécessaire.

Envenimations par contact.

Les envenimations par contact sont principalement dues aux méduses et physalies. Les envenimations dues aux anémones de mer sont généralement sans grande gravité.

Les méduses se déplacent dans l'eau poussées par le vent, les courants et les marées. Elles sont parfois visibles de la surface mais peuvent aussi nager entre deux eaux, ce qui les rend beaucoup moins repérables par les baigneurs. La physalie est une grande méduse qui fréquente les mers chaudes, notamment l'Atlantique semi-tropical et qui flotte toujours à la surface de l'eau, laissant échapper ses filaments venimeux sous l'eau.

Les espèces européennes sont peu venimeuses mais restent urticantes et provoquent rougeurs, démangeaisons et brûlures. La conduite à tenir consiste à rincer abondamment immédiatement les zones touchées avec de l'eau de mer ou à frotter doucement avec du sable ou de la mousse à raser par exemple pour retirer les cellules urticantes. Vous pouvez ensuite effectuer un rinçage au vinaigre, puis appliquer une pommade calmante ou antihistaminique. Attention, le rinçage à l'eau douce et les frictions sont fortement contre-indiqués car ils disséminent ou augmentent la quantité de venin libérée par l'éclatement des cellules urticantes restées collées à la peau ! N'hésitez pas à consulter un médecin si nécessaire.

L'agression par une physalie provoque une douleur très vive et s'accompagne de symptômes variables soulignant la gravité de l'atteinte : malaise général, sueurs, vertiges, convulsions, vomissements, douleurs musculaires... Le décès peut aussi intervenir. La conduite à tenir consiste à évacuer d'urgence le blessé à l'hôpital. Après cicatrisation d'une lésion consécutive au contact d'une méduse, on peut observer une coloration persistante de la peau. Il faut aussi savoir que la cicatrice d'une lésion cutanée peut être réactivée par l'ingestion ultérieure de produits de la mer.

Fixée aux rocher littoraux, le contact avec l'anémone de mer, appelée également ortie de mer, ne produit généralement qu'une légère brûlure transitoire. Rincez la région touchée à l'eau de mer. Si la brûlure persiste, appliquez une pommade apaisante ou une pommade anti-inflammatoire et, si nécessaire, consultez un médecin.
Une sensibilisation rapide peut se produire pour les sujets ayant déjà reçu antérieurement du venin. Il est possible, dans ces cas là, d'observer classiquement un choc anaphylactique (réaction allergique sévère) aussi imprévu que grave. Il faut alors prévenir les secours de toute urgence.

Envenimations par morsure.

Les murènes sont souvent cachées dans les anfractuosités rocheuses. Restez à distance respectable pour les observer. Ces poissons n'attaquent jamais l'homme spontanément mais peuvent mordre s'ils se sentent menacés. La toxicité du venin des murènes dépend des espèces, les plus venimeuses fréquentant les eaux tropicales. Les espèces que l'on rencontre en France métropolitaine, principalement sur le littoral méditerranéen sont très peu venimeuses mais les morsures peuvent être aggravées par la présence de souillures alimentaires (et donc de bactéries !) en putréfaction entre les dents du poisson. Il est donc nécessaire de bien désinfecter la plaie pour éviter les risques d'infection microbienne et de septicémie. Les morsures peuvent entraîner un peu d'anxiété et des frissons qui régressent spontanément. Des antalgiques peuvent parfois être nécessaires sur avis médical. Consultez un médecin si les troubles persistent, surtout si vous avez été mordu par une espèce tropicale.

Les serpents de mer sont très communs dans les océans Pacifique et Indien (île de la Réunion) mais ils sont absents en Atlantique et dans les Caraïbes. Ils vivent généralement sur le fond, près des côtes et peuvent tous injecter du venin. Le venin des serpents marins est le plus toxique que l'on connaisse (il peut être jusqu'à 20 fois plus toxique que celui des cobras). Heureusement, la plupart des espèces ne sont pas agressives.
Bien qu'indolore, la morsure des serpents de mer est redoutable et peut provoquer le décès. Les premiers troubles surviennent rapidement après la morsure et se traduisent par des douleurs musculaires, convulsions et contractures, suivies de paralysies qui s'étendent progressivement. En cas de morsure par un serpent marin, il faut d'urgence désinfecter la plaie, comprimer modérément le membre mordu, puis évacuer d'urgence à l'hôpital.

Recommandations permettant de prévenir les envenimations et leur traitement en cas d'accident.

- Portez des sandales et des vêtements de protection ; respectez les consignes de sécurité simples pour l'observation de la faune et de la flore sous-marine si vous êtes un adepte de la découverte des fonds marins où des espèces venimeuses sont présentes. Dans les départements d'outre mer notamment, renseignez vous sur la faune locale et ses dangers potentiels avant d'aller à l'eau.
- Attention aux méduses échouées : même mortes et hors de l'eau, le venin des méduses reste actif durant plusieurs heures !
- Nettoyez et désinfectez soigneusement les plaies. L'usage d'antibiotiques est conseillé. Le médecin peut également recommander de vérifier, et rappeler si nécessaire, la vaccination contre le tétanos.
- Chauffez la région du corps atteinte, le venin de nombreuses espèces étant sensible à la chaleur.
- Appliquez localement une crème anti-inflammatoire.
- Si les symptômes persistent ou s'aggravent, n'hésitez pas à consulter un médecin.



Retour En savoir plus Imprimer

 
Station de ski

Préparez vos vacances au ski. Découvrez notre guide des stations de ski en France pour vous aider à choisir la station et l’hôtel de vos prochaines vacances à la neige. Profitez de nos conseils et infos sur les cours de ski, le matériel de ski et les dernières tendances glisse. Et restez connectés à notre fil actualités ski pour tout savoir sur les sports d’hiver.

Actualité du ski Autres articles

Bien-être

Envie de détente ou de bien-être ? Pour vos prochaines vacances choisissez un hôtel avec spa : thalasso, balnéo, massages, soins, sauna, bains bouillonnants, hammam, remise en forme, cure thermale, relaxation... Selon vos critères de séjour, nous vous proposons une liste d’hôtels et de résidences bien être. Profitez de nos conseils et infos sur les dernières tendances spa, détente et bien être.

Actualité du bien-être Autres articles